Matières à voir, à penser, à écouter

Je partage ici avec vous différentes sortes de matières prêtes à texturer…
« Texturer » signifie lier les différentes parties d’un tout. En vous appropriant ces matières vous aurez je l’espère l’occasion de tisser des liens avec ce que vous vivez, ce qui est déjà en vous, pour vous emmener encore un peu plus loin, comme un ricochet. N’hésitez pas à partager vos réactions en commentaires, ils serviront certainement à d’autres.

Et si le puzzle répondait aux enjeux du travail hybride ?

De plus en plus d’entreprises ont mis en place le télétravail dans leurs organisations suite à la période de test forcé par la crise sanitaire. Dans la récente étude conjointe de l’ANACT et l’APEC , intitulée: « Télétravail des cadres : entreprises et managers à la recherche de nouveaux équilibres », la majorité des salariés (cadres) interrogés souhaiteraient télétravailler 2 à 3 jours par semaine, tandis que la majorité des responsables RH interrogés, eux, viseraient 1 à 2 jours par semaine.

Pourquoi revenir au bureau et comment recréer l’esprit d’équipe mis à mal pendant la crise sanitaire ?
Comment créer des repères et une culture d’entreprise commune à l’heure du travail hybride ?
Et si, le puzzle, mine de rien, faisait partie des solutions à ces problématiques ?

J’arrive au bureau lundi matin, personne au café mais je vois que les contours du puzzle installé la semaine passée sont déjà terminés. Je fais ma part en buvant mon café: 2 pièces en 5 mn. Je suis content.e. Je reviens le jeudi à la pause déjeuner: le puzzle a avancé sans moi, d’autres y ont pris part, je m’y remets. Hugo vient s’installer à la table pour boire son thé. Il a l’air préoccupé., il me fait part d’un souci qu’il a sur un projet, tout en regroupant machinalement les pièces par couleur. Puis quelqu’un d’autre arrive. Je ne le connais pas. Ce doit être un nouveau collaborateur. Toujours debout, il se penche sur la table pour observer le plateau avec un regard joueur. Il s’exclame : « Ah super! vous avez trouvé cette pièce là, je l’ai cherchée la semaine passée sans jamais mettre la main dessus. » La conversation était lancée. Il nous raconte son parcours et son rôle dans l’entreprise. Le puzzle avance difficilement.

– « Vous n’auriez pas vu une pièce bleue avec du rouge dans un coin ?»

– « Ah si j’en ai vu une comme ça dans le tas à ta droite »

– « Yes, merci je l’ai trouvée ! »

Bref, vous l’aurez compris au travers de cet exemple,  voici les 10 bonnes raisons de proposer un « coin » puzzle dans vos locaux  (ou plutôt une « pièce » puzzle):

1 : Une bonne occasion de vous sortir de devant votre écran et vous mettre à une activité concrète et sensorielle (vue, toucher), voire ouie si vous diffusez un fond musical) . Le puzzle procure le plaisir de voir le résultat concret de ses propres actions/efforts, et ceux des autres. Attention: pour préserver vos yeux, veillez à ce que le plan de travail soit suffisamment bien éclairé, avec une intensité lumineuse comprise entre 300 à 450 lux (soit un peu plus fort que sur votre bureau)

2 : Un moyen d’activer le corps en alternant les postures: assis, debout, à tourner autour de la table pour changer les points de vue. L’idéal serait d’avoir une table à hauteur variable pour préserver son dos en posture debout.

3: Un temps de « déconnexion », une sorte de méditation active le temps d’une pause, qui permet de se concentrer et porter son attention sur une tâche bien précise et d’oublier tout le reste, sans enjeu particulier. 

4 : Une activité à la fois individuelle et collective avec un but communet plusieurs façons différentes d’y contribuer selon l’humeur, les aptitudes, la disponibilité, la motivation …Plutôt que d’entrainer l’esprit de compétition comme c’est le cas du babyfoot, le puzzle exerce la capacité à « faire avec », à coopérer dans l’atteinte du but commun. Et ça, ce n’est pas du luxe en entreprise !

5 : Un prétexte au faire ensemble, à la discussion et l’interconnaissance: Un puzzle monochrome de 5000 pièces peut faire partie des activités dites fastidieuses, qui faites à plusieurs, deviennent agréables. Encore mieux : elles fixent de bons souvenirs de groupe, comme au temps des veillées où l’on écossait les petits pois, épluchait les châtaignes ou cassait des noix…

6 : Un outil de connaissance de soi et de l’équipe: Observez quelles sont les tâches qui vous stimulent le plus naturellement : par exemple classer les pièces par couleur, repérer les formes (les creux/les vides). Le challenge est-il suffisamment motivant ? Quand êtes-vous stimulé.e, ou au contraire découragé.e ? Est-ce en lien avec l’intérêt que vous portez à l’image à reproduire ou le niveau de difficulté du puzzle ? Qu’est-ce qui vous attire dans cette activité? le fait d’être avec d’autres et de discuter, le fait d’être concentré sur une tâche ?

7 : Un repère spatio-temporel rassurant à l’heure du travail hybride et du flexoffice: un coin puzzle qui reste en place au même endroit, et qui avance progressivement peut devenir un repère rassurant et apaisant pour des collaborateurs : Dans cet endroit, les personnes introverties ou timides ont un support pour rentrer en relation aux autres, les « blancs » dans les conversations ne sont plus identifiés en tant que tel, car utiles à la concentration. Dans le puzzle, chaque pièce est unique et possède sa propre place, ce qui n’est pas nécessairement le cas dans les organisations spatiales en flexoffice. Le coin puzzle/café devient alors un phare/repère fixe, où les membres de l’équipe savent qu’ils vont se côtoyer, être en lien synchrone ou asynchrone.

8 : Une activité ludique et inclusive: Autour de la table, plus de hiérarchie qui tienne, pas de domination possible liée au genre ou à l’âge,  tout le monde peut y contribuer et se prendre au jeu. De ce point de vue, c’est aussi une bonne alternative à la pause cigarette !

9 : Un moyen (parmi d’autres) de muscler son cerveau: «La pratique du puzzle améliore significativement certaines de ces compétences cérébrales» Patrick Fissler, chercheur en neurologie à l’université d’Ulm (Allemagne). Selon une étude clinique de l’université d’Ulm (Allemagne), faite en collaboration indépendante avec la société éditrice de puzzles Ravensburger  en 2018 : le puzzle stimulerait ainsi huit fonctions visuelles et spatiales, dont la perception, la flexibilité, la mémoire de travail, la rapidité ou la rotation mentale (utilisée par le joueur pour imaginer dans quel sens il va poser sa pièce)

10 :  Et tout ça, à très petit budget: le problème des puzzles c’est qu’une fois que c’est fait, c’est fait…dans le meilleur des cas, le puzzle peut s’exposer, mais pas sûr qu’il soit accepté comme objet de décoration officiel. Se pose la question du renouvellement…pensez alors réemploi : il est fort probable que les greniers et armoires de vos collaborateurs regorgent de puzzles à faire et refaire…un véritable réseau d’échange interentreprise pourrait bien se créer…

Si vous pensez ne pas avoir assez de surface pour un coin Puzzle dans vos locaux, faites appel au collectif Tool to team: www.tool-to-team.fr . Par une analyse fine de vos usages et besoins, nous trouverons à coup sûr une pièce pour votre puzzle 🙂

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Voir tous les commentaires
Justine
Justine
4 mois il y a

Génial cette idée, j’avais déjà entendu parler de ce principe de puzzle partagé dans des médiathèques. Mais en effet encore plus riche de le partager avec ses collègues!