ode a la force des ages

Ode printanière à la force des âges

Encore une fois émerveillée par cette microscènette printanière vouvrillone.

Ces coquelicots qui s’animent sous le vent m’ont inspiré quelques mots dédiés à la force des âges: vous comprendrez pourquoi en regardant la vidéo. Et vous qu’est-ce qu’ils vous inspirent ? Vous savez ces fameux: « ah on dirait » ou oh ça me fait penser à… »

On peut aussi y voir un message à tous les « Très sensibles ».  Vos pétales lumineux et éclatants font votre splendeur. Par eux, vous captez les mouvements du monde, des plus remuants aux plus subtils. Vous êtes ainsi bringuebalés d’un courant à l’autre. Ca décoiffe parfois certes, mais c’est ce qui vous permet de regarder et percevoir dans toutes les directions.

Une seule condition à cela: de la souplesse dans la tige ! Celle qui vous garantit de ne pas casser sous la force des vents, et d’aller voir encore plus loin. Pour cultiver votre souplesse intérieure, je vous conseille la philosophie, et en particulier : la pensée dialogique d’Edgar Morin, ou des méthodes de plasticité cognitives.

A bientôt

Tags: No tags
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Voir tous les commentaires